Jacques Raoul Allier

La mission secrète du banquier parisien pendant la Drôle de Guerre

Jacques Allier fut Président de la Chambre de Commerce Franco-Norvégienne pendant 7 ans et a joué un rôle important dans l'histoire des relations franco-norvégiennes. Jacques Allier arrive en Norvège pour la première fois en tant qu'employé de la banque française Paribas. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, du fait de ses liens étroits avec la Norvège et la société Norsk Hydro, le Ministre de l'Armement lui confiera une mission secrète qui s'avérera être un tournant majeur dans le conflit. 

 

L'Histoire débute en 1905...

À la fondation de Norsk Hydro en 1905, l'entreprise recherche et sollicite des capitaux français, Paris étant au début du XXe siècle une place financière majeure sur le plan mondial. Les investisseurs français, regroupés sous la houlette de Paribas, investissent dans la société à hauteur de 90% du budget lié à sa fondation. Paribas conserve depuis des liens étroits avec l’entreprise.

Lorsque la guerre éclate en 1939, Norsk Hydro a produit pendant des années du protoxyde de deutérium, aussi connu sous le nom d'eau lourde. La substance est alors utilisée par les laboratoires de recherche contre le cancer. Le Professeur Frédéric Joliot-Curie, directeur du laboratoire de chimie nucléaire au Collège de France, parvient à démontrer que l'eau lourde peut être utilisée comme modérateur dans le procédé de fission nucléaire permettant la libération de cette immense source d'énergie. Pendant des mois, la France et l'Allemagne, entre autres, mèneront une course effrénée à la maîtrise de la réaction nucléaire, dans l'optique de s'approprier une arme puissante : l'arme atomique. 

Les deux pays tenteront de s'emparer du stock d'eau lourde produit et détenu par Norsk Hydro. Sachant pertinemment que les allemands étaient aussi clients pour l'appropriation de ce produit, le Ministre de l'Armement français Raoul Dautry confie à Jacques Allier en février 1940 la mission secrète de se procurer les stocks d'eau lourde auprès de Norsk Hydro. Le ministre compte naturellement sur les liens historiques unissant Paribas, Allier (alors Chargé des Relations Internationales chez Paribas) et Norsk Hydro pour faciliter cette transaction. 

Le Manager Général de Norsk Hydro Axel Aubert, dont Allier sait qu'il est favorable aux intérêts de la France, accepte sans hésitation la proposition. Il propose de fournir la totalité du stock d’eau lourde et accepte de faire sortir clandestinement le produit de son pays afin d'éviter tout incident diplomatique, la Norvège étant alors neutre dans le conflit.

Les 185 kg du précieux produit sont transportés du site de Rjukan en Norvège vers Paris via l'Écosse. Quand l'invasion allemande progresse significativement en France dès mai 1940, le stock est acheminé puis dissimulé dans les coffres-forts de la Banque de France à Clermont-Ferrand, mettant fin aux recherches du professeur et de son équipe, alors à Paris. Puis, alors que la défaite semble imminente, l'eau lourde est envoyée en juin 1940 en Angleterre. Deux scientifiques et collègues de Joliot-Curie, Halban et Kowarski, accompagnent le déplacement du stock d'eau lourde et poursuivront leurs recherches, Joliot-Curie restant quant à lui à Paris.

Finalement, suite à l'invasion de la Norvège par l'Allemagne, qui met alors la main sur l'usine de Rjukan et sur sa production d'eau lourde, ce sont des scientifiques américains qui reprendront le projet de recherche et qui parviendront à maîtriser la réaction nucléaire. Les Alliés gagnent ainsi la course à l'arme nucléaire face aux allemands, dont le rapatriement du stock d'eau lourde avait été empêché en 1944 par un patriote norvégien.

Après la guerre en 1948, Jacques Allier et ses camarades assisteront à leurs aventures, retracées dans le film franco-norvégien "La Bataille de l'Eau Lourde" ("The Battle for Heavy Water"), produit par Jean Dréville.

 

Source : BNP Paribas

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin